Jul

17

2012

Le Hamas et des agences onusiennes (UNESCO et UNDP) ont récemment participé à deux inaugurations dans la bande de Gaza

Au cours de la semaine écoulée, une école élémentaire et une chaire universitaire ont été inaugurées à Gaza sous l'égide du Hamas et d'agences onusiennes :

 


Le 10 juillet, une chaire d'astrophysique a été inaugurée à l'Université Islamique de Gaza sous l'égide de l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture).

 


Le 8 juillet, une école élémentaire au nom du terroriste Adnan Al-Ghoul a été inaugurée avec le financement conjoint du gouvernement libyen et sous l'égide du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement).

 


Adnan al-Ghoul, au nom duquel a été baptisée l'école élémentaire, était un haut responsable de la branche armée du Hamas, spécialisé dans les explosifs et notamment impliqué dans les attentats du carrefour Beit Lid (1995) et du Dizengoff Center de Tel-Aviv (1996), dans lesquels 32 Israéliens ont été tués. L'Université Islamique de Gaza est une pépinière du Hamas et ses installations sont notamment utilisées pour le développement d'armes pour le Hamas. Le fait que l'ONU accorde son égide officielle à ces événements sert la politique du Hamas de glorification des terroristes et de reconnaissance internationale d'un organe universitaire lui étant affilié.

 


Inauguration de l'école élémentaire "Adnan al-Ghoul"
3. Le 8 juillet, une nouvelle école élémentaire a été inaugurée dans la bande de Gaza au nom d'Adnan al-Ghoul. L'école élémentaire se trouve près de l'ancien carrefour Netsarim. A la cérémonie d'inauguration ont participé Ismail Haniya, le chef de l'administration de facto du Hamas dans la bande de Gaza, et Oussama al-Muzeini, le ministre de l'Education. L'école a été construite avec le financement du gouvernement libyen et sous l'égide du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) de Gaza.

 

 

Dans son discours, Ismail Haniya a souligné que l'école se trouvait à quelques mètres du lieu où l'enfant Mohamed Dura a été tué, événement qui a " provoqué la deuxième intifada".[2] Haniya a affirmé qu'Adnan al-Ghoul, au nom duquel a été baptisée l'école élémentaire, était une figure emblématique de la "résistance", et "n'était ni un moudjahidin (combattant du jihad) ni un chahid ordinaire" (Agence de presse Ma'an, Dunya al-Watan, forum du Hamas, al-Quds, 10 juillet 2012).

 

 

Adnan al-Ghoul, au nom duquel a été baptisée l'école, n'était pas un terroriste "ordinaire" mais un des responsables de la branche armée du Hamas dans la bande de Gaza, spécialisé, notamment, dans la préparation d'engins explosifs et le développement pour le Hamas du système de roquettes Qassam (et surnommé "le père des Qassam"). Bras droit de Muhammad Deif, le responsable de la branche armée du Hamas, il a joué un rôle important dans la tentative du Hamas de torpiller les accords d'Oslo. Ainsi, Adnan al-Ghoula été impliqué dans la préparation d'engins piégés pour l'attentat du carrefour de Beit Lid (Janvier 1995, 22 Israéliens tués) et dans la préparation de la ceinture piégée du terroriste qui s'est fait exploser au Dizengoff Center de Tel-Aviv (Mars 1996, 10 Israéliens tués). Il a été tué dans une opération ciblée de l'armée de l'air israélienne le 21 octobre 2004.

 

 

Inauguration d'une chaire à l'Université Islamique
6. Le 10 juillet, la cérémonie d'inauguration d'une chaire d'astrophysique s'est déroulée à l'Université Islamique de Gaza sous l'égide de l'UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture), en présence du Dr. Derek Elias, spécialiste en développement de programmes éducatifs pour l'organisation et son représentant à Ramallah (Agence de presse Safa, 10 juillet 2012). La chaire sera dirigée par Suleiman Baraka, scientifique ayant travaillé dans le passé pour la Nasa (Site Internet de l'Université Islamique, 10 juillet 2012). La création de la chaire à l'Université Islamique de Gaza fait suite au vote du comité général de l'UNESCO d'accepter la Palestine comme membre à part entière de l'organisation en Octobre 2011. Il s'agit de la première chaire accordée à une université palestinienne (Site Internet de l'Université Islamique, 10 juillet 2012).

 

 

L'Université Islamique de Gaza est une institution académique connue pour son affiliation au Hamas et considérée, depuis sa création, comme le foyer de force politique, sociale, culturelle, religieuse et militaire du Hamas. L'Université a été créée en 1978 par cheikh Ahmed Yassin, le fondateur et dirigeant du Hamas. Depuis l'arrivée au pouvoir du Hamas (Juin 2006), l'Université s'est développée et a diversifié l'étendue de ses activités.

 

 

L'Université Islamique est une pépinière du Hamasdans plusieurs domaines
Domaine politique : L'Université est une pépinière des dirigeants du Hamas. De nombreux responsables du mouvement du passé et du présent, y compris des responsables des Brigades Izz al-Din al-Qassam, ont débuté leurs activités dans l'Université, en tant que responsables administratifs, enseignants ou activistes au sein de l'association étudiante. Ainsi, Ismail Haniya, le chef de l'administration de facto du Hamas, est diplômé en littérature arabe de l'Université, et était secrétaire du directoire de l'université et président du conseil étudiant. Mahmoud al-Zahar, haut dirigeant du Hamas, a enseigné la médecine à l'Université. Des responsables de la branche armée du mouvement, tels Ibrahim al-Maqadmeh, Salah Shahdeh etNizar Rayan, y ont également occupé des postes.

 

 

Domaine militaire : Les Brigades Izz al-Din al-Qassam, la branche armée du Hamas, effectuent des activités au sein de l'Université. Ces activités incluent l'utilisation des laboratoires de l'Université pour le développement et la création d'armes, notamment de roquettes à longue portée, tout en recourant aux étudiants et aux enseignants comme source de savoir. Les étudiants impliqués dans la fabrication d'armes ont été envoyés par le Hamas suivre une formation en Iran, en Syrie et au Liban. Des armes y ont été stockées et des rencontres secrètes d'activistes militaires s'y sont déroulées. Dans le passé (avant la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas), une force militaire y a œuvré contre les activistes pro-Fatah et l'Autorité Palestinienne. De nombreux étudiants ont été recrutés dans les rangs des Brigades Izz al-Din al-Qassam et ont joué un rôle dans ses activités militaro-terroristes, y compris dans la réalisation d'attentats suicide.

 

 

Domaine de guerre psychologique : Le Hamas mène dans l'Université un endoctrinement intensif pour inculquer l'idéologie islamique radicale avec l'accent sur la haine d'Israël et de l'Occident, et le jihad. L'Université organise des conférences et des congrès traitant de l'inculcation du code islamique dans le quotidien des résidents de la bande de Gaza (comme l'étude du Coran dans le système éducatif ou l'utilisation de la presse pour augmenter l'influence de la religion). L'étude des travaux de recherche effectués dans l'Université sous le titre de "travaux académiques", témoigne de travaux liés à "l'éducation jihadiste" selon Abdallah Azzam (la source d'inspiration idéologique d'Oussama Ben Laden), la mise en œuvre de "l'éducation jihadiste" dans les écoles palestiniennes ou les moyens de renforcer "l'éducation jihadiste" par le biais de la femme musulmane. De hauts responsables du Hamas ont occupé des postes d'enseignants en loi islamique à l'Université, dont le cheikh Nizar Rayan, tué par Tsahal dans l'Opération Plomb Durci, ancien professeur à la Faculté de loi islamique.

 

 

Dans le passé, des organes et des fonds de pays musulmans et arabes et des organismes occidentaux et internationaux ont soutenu l'Université Islamique,[5] bien qu'elle soit, voire parce qu'elle est, identifiée au Hamas. Le fait que la chaire d'astrophysique bénéficie de l'égide de l'UNESCO est une nouvelle réussite des tentatives du Hamas de faire reconnaître l'Université Islamique sur la scène internationale et, de fait, de faire reconnaître le gouvernement du Hamas dans la bande de Gaza.

 

 

Source : Centre Meir Amit d’Information sur les Renseignements et le Terrorisme au Centre d’Etudes Spéciales (CES), 12 juillet 2012.

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.