Aug

16

2013

Attentat à Beyrouth: la classe politique libanaise accuse Israël

Au Liban, la banlieue sud de Beyrouth a été touchée ce jeudi 15 août par un attentat à la voiture piégée. L'explosion a fait au moins 18 morts et 250 blessés. Ce quartier de la capitale libanaise est un fief du Hezbollah chiite, allié au régime syrien de Bachar el-Assad. L’attaque a été revendiquée par un groupe inconnu, la brigade de Aïcha.

L’attentat contre le fief du Hezbollah a été revendiqué par un groupe inconnu se réclamant des rebelles syriens. La brigade de Aïcha, la mère des croyants, du nom de l’épouse favorite du prophète Mahomet vénérée par les sunnites, serait basée à Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Une vidéo publiée sur YouTube montre un homme masqué entouré de deux hommes en arme et cagoulés aussi appelant les Libanais à rester à l’écart des régions du Hezbollah. « Hassan Nasrallah, nous t’envoyons notre deuxième puissant message, car tu ne comprends toujours pas », affirme l’homme cagoulé.

La classe politique libanaise a ignoré cette revendication, préférant pointer un doigt accusateur en direction d’Israël. Le président de la République Michel Sleimane a qualifié l’attentat d’« acte lâche », l’imputant à Israël qui tente de déstabiliser le Liban. Une position partagée par le chef druze Walid Joumblatt. Selon lui, cet attentat a été perpétré par Israël pour se venger du Hezbollah après sa défaite lors de la guerre de juillet 2006.

Encore sous le choc, le Liban observe ce vendredi une journée de deuil national. L’enquête a commencé et le chef de l’État a convoqué le conseil supérieur de Défense à une réunion d’urgence. Mais les Libanais n’y croient pas et attendent déjà le prochain attentat.

 

Source: rfi.fr, 16 aout 2013

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.