Jul

25

2012

Après l’attentat en Bulgarie, l’UE refuse une demande d'Israël de placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes

L'Union européenne a rejeté mardi une demande du ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman de placer le Hezbollah sur la liste noire des organisations terroristes après l'attentat meurtrier de la semaine dernière en Bulgarie. "Il n'y a pas de consensus pour placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes", a déclaré la ministre chypriote des Affaires étrangères, Erato Kozakou-Marcoullis, dont le pays préside actuellement l'Union européenne. L'UE pourrait toutefois envisager de placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes s'il y avait "des preuves tangibles" de son implication dans des actes terroristes, a-t-elle précisé.

 

"Depuis des années, nous fournissons des informations à l'Europe sur l'implication directe du Hezbollah dans des attaques terroristes", a réagi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Yigal Palmor."Mais certains Etats membres de l'UE nous ont clairement indiqué que pour des raisons politiques, ils préfèrent ne pas ajouter le Hezbollah sur la liste, même s'ils ne contestent pas les preuves", a-t-il ajouté.

 

Israël accuse l'Iran et le Hezbollah d'avoir cherché à commettre des attentats dans "plus de 20 pays durant les deux dernières années" et d'avoir perpétré celui de mercredi en Bulgarie qui a coûté la vie à cinq touristes israéliens. L'Iran et le Hezbollah ont rejeté ces accusations. Israël accuse l'Iran d'avoir commandité l'attentat suicide, le premier du genre en Bulgarie qui a tué cinq Israéliens à l'aéroport de Bourgas, sur la mer Noire, et le mouvement chiite libanais Hezbollah de l'avoir fait exécuter.

 

Assis aux côtés de la ministre chypriote à l'issue d'une rencontre annuelle avec l'Union européenne, Avigdor Lieberman a estimé que le moment était "venu de placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes en Europe". "Cela donnerait le bon signal à la communauté internationale et au peuple israélien", a-t-il ajouté. Mais Mme Kozakou-Marcoullis a rappelé de son côté que le Hezbollah était une organisation qui, outre son bras armé, comprenait un parti "actif dans la politique libanaise".

 


Sources : EJPress.org, LeFigaro.fr, 24 et 25 juillet 2012.

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.