Jul

27

2006

Des islamistes relaient les négationnistes suisses

Les écrits de René-Louis Berclaz sont interdits en Suisse mais publiés sur internet.
Le site antisémite Radio Islam héberge des textes niant l'existence des camps d'extermination nazis.
Un réseau s'est créé entre l'Europe, certains pays arabes et des personnes marginalisées.

 

«Ça m'a fait froid dans le dos de trouver ce petit tract dans ma boîte aux lettres», témoigne une lectrice de Lancy. Elle présente un petit bout de papier photocopié, qui nie l'existence des chambres à gaz. «Pendant la dernière guerre, mon père a fait passer des juifs en Angleterre», ajoute-t-elle. Ce nouveau papillon négationniste est en mains du procureur général, précise Claire Lucchetta, présidente la section genevoise de la Licra (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme), qui l’a également reçu. Une enquête a été ouverte.

Si ce tract est anonyme, il indique l'adresse d'un site internet baptisé Radio Islam. On y retrouve une alliance étonnante d'extrémistes islamistes et de partisans romands du troisième Reich. Dans ce mélange exotique, on peut lire en ligne les écrits de l'«Association Vérité et Justice» de René-Louis Berclaz.

 

Pourtant, ce Suisse romand a été condamné à trois reprises à plusieurs mois de prison pour ces mêmes écrits négationnistes, interdits dans notre pays. Mais surtout, les pages de Radio Islam consacrées à la Suisse romande sont clairement antisémites, avec des interrogations du genre: «En Suisse, la Judéocratie remplacera-t-elle la démocratie?».

«L'Association Vérité et Justice a été dissoute», rappelle son ex-vice-président, le Vaudois Philippe Brennenstuhl. «J'ai été condamné à trois mois ferme comme co-éditeur.» Il dément toute responsabilité dans le site Radio Islam: «J'ai un grand respect pour la religion, mais l'Islam n'a rien à faire dans notre pays. Chacun devrait rester chez soi. Je n'ai rien à voir avec cette publication sur internet et, depuis 2002, j'ai coupé les ponts.» A-t-il connaissance de ces papillons avec des caricatures niant l'holocauste? «Je suis d'accord qu'on en discute dans un débat, mais je suis opposé à l'idée qu'on en rigole. Et ce n'est pas mon style de distribuer des tracts anonymes. J'ai toujours signé ce que j'ai écrit.»

René-Louis Berclaz, le premier intéressé, reste quant à lui inatteignable. Secrétaire général de la Coordination Intercommunautaire contre l’Antisémitisme et la Diffamation (CICAD), Johanne Gurfinkiel livre une partie de l'explication: «Nous avons obtenu que M. Berclaz soit expulsé de Serbie, pour purger sa peine de 18 mois de prison en Suisse.» La présence de ces textes négationnistes n'étonne pas vraiment M. Gurfinkiel, qui n'hésite pas à voir en Radio Islam un refuge pour ce genre d'écrits: «Radio Islam est dirigé par un Marocain d'origine, Ahmed Rami, un ancien officier d'Hassan II qui s'est réfugié en Suède. Il a été dénoncé maintes fois pour ses écrits antisémites et négationnistes.»

 

L'un des membres de l'amicale Swissmuslim, qui regroupe des musulmans de Suisse demande toutefois de ne pas «faire d'amalgames» entre les modérés, majoritaires, et certains extrémistes qui se réclament de l'Islam. Pourtant il ne faudrait pas sous-estimer le poids du fondateur de Radio Islam qui a pris une importance inattendue grâce à internet. Ahmed Rami permet à des négationnistes d'avoir un lieu d'expression, où chacun peut lire pêle-mêle les Protocoles de Sion, un faux antisémite bien connu, Mein Kampf, les écrits de Robert Faurisson, Jürgen Graf ou d'autres auteurs sulfureux.

 

Sur une autre page du site Radio Islam, on découvre une photo d'Ahmed Rami avec l'ayatollah Mohamad Hussein Fadlallah, le leader spirituel du Hezbollah, mouvement impliqué actuellement dans la guerre avec Israël. Ce même Hezbollah est soutenu par l'Iran et la Syrie, pays où les négationnistes trouvent un accueil favorable.

 

Le plus étonnant dans ce réseau, c'est que le site internet Radio Islam est domicilié aux Etats-Unis. Au nom de la liberté d'opinion, ce pays tellement décrié par les islamistes permet l'expression sur le net d'écrits révisionnistes de Berclaz et Faurisson, alors qu'ils sont interdits en Suisse. Ce n'est pas le moindre des paradoxes: un islamiste maroco-suédois, proche du Hezbollah pro-iranien, permet à des écrits condamnés en Suisse d'être publiés grâce aux libertés américaines. C'est bel et bien une «internationale négationniste» que certains tentent de former: l'union des «maudits».

 

 

GHI, Lausanne Cites - 27 juillet 2006

CICAD en action

  • Plus de 20 ans d’actions

    La CICAD se préoccupe des menaces qui pèsent sur les Communautés juives. Prévenir, conseiller et agir : 3 mots d’ordre contre un même fléau.